Clin d’œil aux inspirations balladuriennes, la Grande Colline établit le lien manquant entre le Couchant et le Levant

La Ballade, de la plage à la plage...

Hérault (34)

Projet urbain, 2018

La Grande Motte a longtemps et injustement incarné la bétonisation massive du littoral et symbolisé les clichés du tourisme populaire. Pourtant les ambitions de départ étaient tout autres : la « Floride de demain » représentait le nouvel eldorado de millions de vacanciers pour lesquels les congés devenaient une véritable institution et dans un cadre conçu avec 70% d’espaces verts, faisant la part belle aux modes doux, au rythme lent de la course du soleil. La ville pâtit aujourd’hui d’une image de « projet fini », avec un patrimoine sanctuarisé et pratiquement intouchable, porté par une tendance vintage qui plait aux créatifs.

D’une station estivale occupée par des vacanciers, La Grande Motte doit devenir une ville à part entière qui vivrait toute l’année en interaction avec les territoires voisins du Pays de l’Or de l’agglomération de Montpellier. Il en résulte une mutation des populations, des usages et des occupations : transformation des studios en appartements, sédentarisation des occupations, diversification des activités, (avec un accent mis sur les loisirs et le nautisme et la présence du casino et l’organisation des salons), l’afflux d’étudiants montpelliérains en quête de logements.

 

Carte postale, appartement La grande motte, 1970
Postcard, La Grande Motte, 1970

L’héritage de Jean Balladur convoque un lien fort entre le cadre bâti et la nature, qui a guidé notre projet: accorder une place importante à la végétation, inciter des comportements et des usages destinés à la flânerie, au sport, à l’observation des grands horizons, placer les éléments naturels et la prise en compte bioclimatique au cœur même de la conception des nouveaux logements de la Grande Colline, le nouveau secteur de logements que nous développons, proposer un nouveau bassin portuaire au pied des logements, pour une interface encore plus proche entre les habitants et l’eau.

La Grande Colline n’est pas seulement un geste architectural fort, ce nouveau quartier résout avant tout une situation urbaine stratégique, jusqu’ici peu valorisée. Le nouveau quartier devient le trait d’union entre les quartiers du Levant et du Couchant, il établit la transition paysagère entre l’arrière port composé d’éléments naturels et paysagers et le port aujourd’hui très minéral, enfin il propose des modes d’habiter innovants et dignes d’une ville initialement conçue comme « futuriste ».

Site démonstrateur, annonciateur d’une transformation progressive de certains secteurs de la ville, nous proposons une méthode plus qu’une posture, des règles urbaines, plus qu’une forme architecturale figée qui prendrait le risque de devenir trop vite obsolète.

L'illustre silhouette
Overview of the project

Les aménagements des espaces publics permettront au port de vivre selon plusieurs temporalités, de la balade ou du footing quotidien, à l’accueil d’événements aux formes multiples : salon nautique, nouveaux espaces pour le « festival des architectures vives », création de nouveaux événements.

Enfin, la démarche de projet sera exemplaire, elle s’appuiera sur la concertation de l’ensemble des acteurs : habitants, associations, Architecte des Bâtiments de France, acteurs du Port (plaisanciers, Capitaine du port, travailleurs de la zone technique…), commerçants. Une démarche de co-création serait pertinente au vu du contexte culturel, patrimonial et citoyen du site, et favoriserait son appropriation par les riverains.

Vue du nouveau bassin depuis la grande pyramide
Vue du nouveau bassin depuis la grande pyramide
View of the Tabarly wharf from the Pompidou wharf
View of the Tabarly wharf from the Pompidou wharf

L’extension du port a été imaginée en rapprochant l’eau et la ville. En effet l’un des deux nouveaux bassins est créé au pied des logements, leur assurant ainsi une vue directe sur les bateaux. Nouvel outil pour l’économie du nautisme, le plan rationnalisé de la presqu’île Baumel rassemble sous une même halle les 18 000m² d’activités à proximité du nouveau pôle nautique et de son rooftop panoramique.

Depuis la place des Voiles jusqu’à l’esplanade Justin, la « ballade de plage à plage » s’étend sur un parcours de 1.5km, ponctué de huit places imaginées en prolongement du cœur de ville vers le port.

La requalification du quai Tabarly et du quai Pompidou est l’occasion de repenser ces espaces publics pour plus de confort des piétons, notamment en fertilisant les quais, plus d’usages et plus de visibilité sur le port.

La rapidité avec laquelle les mobilités alternatives se développent, nous invite à proposer une solution certes ambitieuse mais raisonnable en termes de stationnement.

Clin d’oeil aux inspirations balladuriennes, la Grande Colline est un nouveau repère dans le skyline de la ville, conjuguant inscription urbaine et bâtiments sculptés par des indicateurs bioclimatiques.

Une grande « diagonale de le mer » traverse cet îlot ouvert depuis la grande pinède jusqu’au front de mer. Les logements s’organisent autour d’un socle des possibles et d’un sol fertile, proposant de nouvelles manières d’habiter en hybridant les lieux de travail et les lieux de vie.

Localisation
La Grande Motte (34)

Maîtrise d’ouvrage 
Ville et de la Grande Motte

Programme
Mixte

Surface
TRAVAUX HORS COLLINE/ 20 Hectares

Montant des travaux

42.8 M

Dates  
2018-2028

Mission  
Architecte coordinateur du projet et maitre d'oeuvre de la halle nautique et Espace publics 

Localisation
La Grande Motte (34)

Maîtrise d’ouvrage 
Ville et de la Grande Motte

Programme
Mixte

Surface
TRAVAUX HORS COLLINE/ 20 Hectares

Montant des travaux

42.8 M

Dates  
2018-2028

Mission  
Architecte coordinateur du projet et maitre d'oeuvre de la halle nautique et Espace publics